Poème!
  À Toi que j'aimais!
Seule dans le noir j'entends un bruit silencieux qui au fond de moi me souffle jusqu'à quel point je t'aime. Ce vent doux qui me caresse et la splendeur de cette nuit remplie de clartée qui apaise mes pensées dirigées vers toi.
J'aimerais malgré toutes ces peines et ces souffrances que tu m'as fait endurer, crier de toute mes forces que je t'aime mais serais - je honnête ?
   Ô belle nuit douce et éblouissante toi qui en ce jour de part ta splendeur me révéla la nuiditée sombre et amère de cet Être qui autrefois me fit baigner dans la rivière de mes larmes. 
  Cette rivière qui jours et nuits s'en alla et emporta cet Amour qui jadis nous rendit heureux. 
  Désespérée, abattue, seul l'espoir d'un avenir meilleur me donna la force de sortir de ce brouillard dans lequel j'étais perdue et désorientée.
À Toi que j'aimais!

 Frederic Laure!